La France est triste



Après une présidence Hollande qui avait découragé la population jusqu'au dernier sympathisant socialiste, la France semblait avoir trouvé, en la personne d'Emmanuel Macron, un président nouvelle génération.

Voilà que celui-ci tel, un jeune auquel on a donné trop de pouvoir va jouer les gros bras devant le Général Pierre de Villiers, Chef d'État-Major des armées françaises, '' Je suis votre chef '' clame le tout jeune président, « c'est la première fois qu'un président de la République fait une déclaration aussi brutale vis-à-vis de son chef d'État-Major des armées », déclare Pierre Servent, expert en stratégie militaire. Tout cela a déçu l'opinion publique qui avait placé sa confiance et ses espoirs en ce nouveau président.

À l'Assemblée nationale, une horde de nouveaux députés de La République en marche a du mal à prendre ses marques. Ces derniers multiplient les gaffes de députés inexpérimentés.

Les Français n'avaient pas besoin de cela après les multiples attentats terroristes. Les migrants envahissent les villes menaçant la sécurité des résidents, alors que la France souffre d'une immigration non maitrisée depuis des décennies qui laisse le pays divisé par des problèmes de religion.

La France change de nature, les Français souffrent économiquement. On a même entendu parler de ''sans dents'' pour qualifier une classe de la population qui vit dans la difficulté financière au quotidien.

La France est à la peine, elle est triste malgré les chaines de télévision qui font l'apologie d'une France en marche.

Donald J. Trump n'est pas russe



Il est extravagant de voir le procès d'intention que certains opposants à Donald J. Trump fomentent à son encontre, relayé par une presse hostile et malveillante à tous ses gestes.

Qui peut croire sincèrement que DT n'est pas un bon patriote ? Il n'y a pas plus Américain que lui. Après avoir été un modèle mondial dans le monde des affaires, il a fait briller son talent de businessman américain dans tous les cercles d'affaires, et est devenu Président de son pays pour lequel il ne cesse de vouloir le meilleur.

Depuis son arrivée, la bourse a gagné près de 20 %, 1 million de plus d'emplois ont été créé, qui dit mieux ?

Ces partisans objectent la jalousie politique de ses adversaires : «La raison pour laquelle les démocrates ne parlent que de cette histoire russe totalement inventée est qu'ils n'ont pas de message, pas de vision.»

«Nos relations avec la Russie sont à un plus bas historique et très dangereux», a «tweeté»  Donald Trump.

Ces détracteurs n'hésitent pas à mettre en danger les États unis uniquement pour salir Donald Trump.

Twitter n'est pas pécher



Il est étonnant de voir à la télévision ces commentateurs s'étonner que certaines informations sortent sur Twitter avant d’apparaître dans la presse traditionnelle devenue ringarde.

Cette dernière montant tous les sujets en épingle, les politiques ont décidé de porter leur message directement via twitter et autres réseaux sociaux afin de ne pas le voir déformé. Ces réseaux sociaux remplacent petit à petit la presse traditionnelle, les journaux papier ne se vendent plus, seuls des magazines de gare subsistent.

Triste est le destin de ces grands titres, anciennement références intellectuelles pour une intelligentsia trop souvent de gauche.

Les titres ne doivent plus leur salut qu'à quelques industriels qui emploient leur fortune à se doter d'un alibi culturel.

Tous ces grands titres sont devenus des danseuses pour milliardaires.

Les moqueries les plus répandues par la presse traditionnelle se portent essentiellement sur les twitts du président Trump qui, en toute modernité, a utilisé son compte twitter pour faire sa communication et informer directement ses citoyens, il n'est pas le seul à subir ces moqueries, même Emmanuel Macron fait face à des reproches quand il utilise les réseaux sociaux.

L'Origine du Monde





Quelle porte magistrale par laquelle nous sommes tous passés et dont nous ne pouvons nous souvenir et la seule image de celle-ci intrigue, trouble.

Mais qu'a voulu dire Gustave Courbet, auteur de l'origine du monde exposé au Musée d'Orsay. S'agit-il d'une simple peinture faite pour émouvoir ou de la représentation plus symbolique ?

La représentation d'un sexe a d'ailleurs toujours suscité des réactions, ce tableau

fut longtemps interdit et l’est toujours sur la plupart des réseaux sociaux. Peint en 1866, il n'apparut réellement au grand public que depuis 1995, au musée d'Orsay.

L'œuvre de Courbet n’a cessé de faire scandale. En 2014, Deborah de Robertis, artiste luxembourgeoise, choque. Elle s'est subitement dévêtue de sa robe dorée, puis s'est assise sous le tableau, a dévoilé son sexe touffu, les cuisses écartées, les pieds cambrés sur le sol. Les quelques photos ou films amateurs pris à l’occasion, ont fait le tour du monde, elle fut bien entendu interpellée par la police.



Mais tout cela n'explique pas la qualité du travail de Gustave Courbet. De fines études ont été faites comme celle que l'on peut lire sur la fiche du musée : '' Si nous prenons en compte le titre de l'œuvre, on peut bien sûr y voir un hommage à toutes les femmes, la maîtresse comme la mère. Plus encore que l'hommage à la naissance, c'est peut-être de la part de Courbet une volonté de nous mettre face au sexe de la femme comme devant une source mystérieuse. La source est un sujet cher à Courbet, il l'a fréquemment peint. Comment ne pas rapprocher l'Origine du monde de l'étonnante configuration de la source de la Loue, la rivière qui baigne le Pays d'Ornans, sa région natale. Le peintre a représenté cette source à plusieurs reprises, grotte atypique, immense fente dans le rocher de la montagne d'où jaillit la rivière, configuration géologique très particulière et chargée de mystère. Constamment, l'eau y surgit du ventre de la terre, symbole de vie frémissante dont le parcours souterrain dans les entrailles de la roche reste entièrement caché.''

Gustave Courbet est mort à l'âge de 58 ans et a laissé des œuvres remarquables.

Ivanka Trump, le business et la grâce



Les élections présidentielles américaines auront fait une gagnante :
Ivanka Trump, la fille de la première épouse de Donal Trump.
Elle est maintenant mondialement connue.

Cette femme d’affaires maîtrise la communication à la perfection, omniprésente sur les réseaux sociauxavec 2 millions d'abonnés sur Twitter et un million sur Instagram,
Facebook est pour Ivanka une vitrine.

Chérie et admirée par son père, c’est la vice-présidente en charge du développement et des acquisitions de l'empire immobilier Trump.

La femme d’affaires a sa propre ligne de prêt-à-porter et sa collection de joaillerie.
Elle dispense des conseils aux jeunes femmes et mamans sur : https://www.facebook.com/IvankaTrump/
Son site de vente http://www.ivankatrump.com/ a du succès et les ventes ne cessent de grimper.
Elle n’hésite pas à se mettre en scène avec sa famille et ses enfants ce qui fait partie de son marketing.

Le monde a pu découvrir son talent d’oratrice, lors de la convention nationale du parti républicain, à Cleveland où a été consacré son père, Donald Trump.
"Il est dur et persévérant. Il est honnête et réel. C'est un optimiste et il croit dur comme fer en l'Amérique et en son potentiel. Il aime sa famille et il aime son pays de tout son cœur."

Les politiciens demandent à être jugés sur leurs promesses, je vous demande de juger mon père sur ses résultats», raconte Ivanka sur les qualités de son père.

Cette femme d’affaires de trente-quatre ans, mère de trois enfants, est un modèle américain des plus inspirants.

Cette presse qui s'acharne contre la droite



Donald J.Trump est la cible de tous les journalistes issus d'une presse d'intérêt de gauche molle, tous ses faits et gestes sont systématiquement détournés, déformés, amplifiés faisant passer le 45e Président des États-Unis pour un ogre imprévisible.

Pourtant les observateurs politiques ont bien compris que Donald J.Trump déroule son programme comme il l’avait annoncé pendant sa brillante campagne électorale et que rien ne l'en détournera, même pas quelques juges.

Il est entouré de ministres et conseillers émérites que cette presse trouve trop riches, comme s’il fallait être un citoyen ordinaire pour pouvoir faire de la politique.
Il y a là une ségrégation insupportable qui a été imposée par les apôtres de l’égalitarisme aux populations bannissant sournoisement les talents.

La mondialisation n'a pas tenu ses promesses, car elle laisse sur le bord du chemin bon nombre de personnes creusant le chômage dans trop de pays.

Personne n'est pour le protectionnisme, mais chacun voudrait avantager tout d’abord son pays tout en ajustant les intérêts bilatéraux des autres pays et des nations, c’est la tendance générale qui s’impose.
En France, la façon dont la presse a eu raison de Nicolas Sarkozy a été sans précédent.
Elle a privé le pays de ce talent immense qui aurait été utile à la Nation et laisse la France ruinée par ce pouvoir socialise dont les militants ont choisi le dévastateur François Hollande devenu Président.
Alors que François Fillon, ex-Premier ministre du Président Nicolas Sarkozy pouvait prendre la relève, il subit le même sort que son ancien patron affaiblissant la droite républicaine.

C'est sans parler du Front National qui est traîné dans la boue à tous moments et depuis des années.
Marine Le Pen est mise de côté, minimisée par la presse écrite ou audiovisuelle sur les sujets réellement politiques cependant, on peut observer que la pression populaire l’aide à se hisser au devant de la scène.

Seuls les personnages aux idées généreuses avec l'argent des autres ont la faveur des grands titres, qui les font apparaître comme des gars sympas.

La presse est tolérante et disposée à mettre en avant des personnages politiques, artistes de gauche et même du centre, à condition qu'ils finissent, à l'image du centriste François Bayrou, par voter à gauche.