La psychologie du Like


Que vous soyez sur les réseaux sociaux ou pas, cela indique votre personnalité.
Ne pas y être veut dire soit que vous êtes largués, soit que vous ne désirez pas vous joindre à la vie sociale, ou bien que vous ne savez pas ou ne voulez pas vous servir de l’outil informatique.
Les réseaux sociaux sont pratiquement indispensables à la vie de tous les jours, car ils ne sont plus à usage unique mais ils sont devenus : une messagerie, un téléphone gratuit, un moyen de paiement et l’intelligence artificielle (IA) va très rapidement trouver d’autres fonctions.
Face à ce phénomène les comportements sont divers, beaucoup cherchent à se cacher, il y a ceux qui ne veulent pas mettre leurs photos, par timidité, soucis d’esthétique : ils ne veulent pas être reconnus par les autres….
Il y a ceux qui voudraient que ce soit un outil secondaire : ils mettent New York en ville de naissance alors qu’ils sont nés à Dijon, qu’ils travaillent chez Boeing alors qu’ils sont commerçants et annoncent des diplômes qu’ils n’ont pas.

Il y a les lorgneurs : « moi sur les réseaux sociaux, jamais ! ». Cependant on les retrouve quelques années plus tard, parfois sous un faux nom ou plus ridicule encore sous leur identité, mais sans photo.
Ils ont verrouillé tous leurs paramètres, ce qui leur permet de voir toutes les publications (publiques) sans être sur la liste de ceux qu’ils observent de façon sournoise et mesquine.
Il y a ceux qui bloquent votre nom, vous ne pouvez pas les voir, mais eux ne peuvent pas vous regarder non plus, chacun s’oublie à moins que le plus fourbe fasse un compte avec un autre nom, le blocage est ainsi détourné.

Les réseaux sociaux vous permettent de juger de la qualité de vos « amis » et connaissances.

En général quand un proche, un ami, un collègue, une personne que vous considérez poste un message, spontanément vous le « likez », dans le but de faire plaisir ou de signaler votre bonne relation, votre appréciation.

C’est là qu’intervient la psychologie du « Like ».

Il y a ceux qui font semblant de ne rien voir et laissent passer votre message « tu as vu mon post ? Oui, j’ai vu que tu étais en voyage » cela démontre un commencement de jalousie.
Il y a ceux que vous « likez » et qui ne vous le rendent jamais alors qu’ils ont vu et parfois commentent verbalement vos « posts ».
Plus décevant encore, il y a tous ces gens que vous connaissez et que vous voyez sur les réseaux, mais qui ne vous invitent pas.
Peut-être est-ce par timidité ? Malheureusement c’est loin d’être toujours le cas. 
Pire, il y a ces connaissances ou amis que vous invitez, mais qui ne vous acceptent jamais.
Et puis il y a les bipolaires, qui subitement effacent tout, comme pour gommer la réalité de leur vie, et qui réapparaissent quelques mois ou années plus tard.

Certains n’arrivent pas à comprendre qu’un message publique a le même effet que de monter sur une scène mondiale.
Les messages niais, intimes ou compromettants sont à proscrire.

Tout cela est regrettable car tous les réseaux sociaux se règlent à la perfection, il suffit pour cela de lire les paramètres et de les accepter ou non.
Si on le désire, on peut apparaître dans son environnement uniquement professionnel et occulter les photos des enfants et des moments intimes.

La puissance des réseaux sociaux est immense, savoir maîtriser ces outils peut amener à changer sa destinée.

réseaux sociaux mettent K.O. une grande partie de la presse traditionnelle qui riposte trop souvent à coup de « Fake news ».

La bataille est inégale car les internautes utilisent les réseaux sociaux pour pousser leurs idées (opinions, politique, sports, amusements…). 
Aucun média papier ne peut rivaliser avec la vitesse de propagation des actualités en ligne, parce qu’elle est trop rapide de plus c’est gratuit et de ce fait tous ces réseaux sociaux vident la clientèle des agences de publicité traditionnelle.
Il est plus facile et bien moins onéreux de faire une publicité efficace sur les médias en ligne que les réseaux sociaux  Google etc...que de payer une publicité dans un magazine traditionnel dont on peut difficilement mesurer la portée.

La plupart de la population mondiale considère que les réseaux sociaux sont un bienfait pour l'humanité, car ils permettent de rapprocher les individus et les peuples qui peuvent ainsi communiquer librement.

On constate que les plus hostiles restent les médias professionnels et une presse trop engagée comme dit un certain Président : « Le véritable ennemi du peuple c’est les médias Fake News ».

Mais où sont les femmes


Si on regarde une photo prise sur les Champs-Élysées il y a vingt ans, on voit que les femmes étaient plus dévêtues qu’aujourd’hui.
Les jupes étaient plus courtes, les décolletés plus généreux, un air de liberté flottait sur la plus belle avenue du monde.

Aujourd’hui, les vêtements sont plus standardisés. 
« C’est difficile de s'habiller parce que les boutiques sont saturées de vêtements tous identiques » racontent certaines.
« Ce n’est pas facile de savoir comment il faut s’habiller : alors je porte toujours du noir. »
Le gris et le noir dominent, le monde change, la standardisation due à la mondialisation se fait ressentir.

Le fait que l’égalité entre hommes et femmes soit intervenu trop tardivement a charrié des excès parfois extrêmes.
Lors du dernier grand prix de Formule 1 de Montréal, on a remarqué l’absence d’hôtesses en bikini.
Les marques ont banni ces légendaires démonstrations.
Les jeunes filles étaient vêtues de sortes de jogging aux couleurs des bolides.
On est loin de la minijupe qui avait marqué les années 60, symbolisant la libération de la femme et de ses mœurs vestimentaires.

Le prochain concours de Miss America, qui se tiendra le 9 septembre à Atlantic City, sera des plus cocasses, fini les maillots de bain, bonjour aux femmes de toutes tailles.
Le jury ne notera plus sur l’apparence physique, l’événement n’est désormais plus un « concours de beauté », mais une « compétition » a déclaré la présidente de Miss America. Elle n’a sûrement pas pris connaissance de la déclaration d’Eva Colas, Miss Corse 2017 « on peut défiler en maillot de bain et être féministe ».

En France, chaque année, des internautes dénoncent le caractère sexiste des défilés en bikini pendant l'élection de Miss France, estimant qu'il s'agit là d'une illustration de « la femme objet ».

Dans notre monde, il y en a pour tous les gouts, que ces internautes ne désespèrent pas, la prochaine Gay Pride les comblera.

Weinstein, un homme riche n'est jamais laid


Comment ne pas évoquer la réussite exceptionnelle et même l’immense talent d'Harvey Weinstein ?
''Il a été l'un des producteurs les plus célèbres et les plus primés de Hollywood de la fin du XXe et du début du XXIe siècle.'' comme le signale Wikipédia.
Mais voilà, sa passion pour les femmes en a fait la star mondiale du plus retentissant scandale sexuel du siècle, mais pour en arriver là, il a aussi couché. Bien trop couché.
C'est le New York Times qui a commencé à l'accuser de nombreux harcèlements sexuels.
Un immense mouvement s’est déclenché sur les réseaux sociaux avec les hash-tags #BalanceTonPorc, #MoiAussi, #MeToo.
Les plaintes pour agressions sexuelles et viols pleuvent sur le producteur américain.
Harvey Weinstein, âgé de 66 ans, est accusé par des dizaines de femmes d’abus sexuels.
Il a été inculpé le vendredi 25 mai 2018 à New York pour viol et fellation forcée. Une première applaudie par le mouvement #MeToo.
Cependant comme toujours dans ce genre d’affaires, les entourages se déchaînent.
Mais que faisait le personnel du célèbre producteur, alors témoin des agissements de leur patron?
Un silence coupable régnait. Seront-ils mis en cause par la justice pour n’avoir pas assisté les victimes ?
Il faut bien comprendre que toutes ces femmes ont subies des pressions psychologiques. Elles ont été abusées par ce puissant producteur de cinéma, devenu subitement un ogre. 
Il faudra sûrement beaucoup de temps à ses femmes pour qu’elles puissent se reconstruire.
Pourtant elles voulaient tellement franchir les obstacles pour accéder à la célébrité, au succès et à la carrière dont elles rêvaient.
Il est à noter que " Harvey Weinstein a toujours maintenu que toute activité sexuelle de sa part était de nature consensuelle ", a rappelé son avocat. " Il nie toutes les accusations qui pourraient laisser entendre qu’il a participé à des activités sexuelles non consenties."
Aujourd’hui, il a perdu sa puissante maison de production de films The Weinstein Company. Il a été chassé du comité de l'Académie des arts et des sciences du cinéma, qui remet notamment les prestigieux Oscars.
La descente aux enfers ne fait que commencer, Maître Benjamin Brafman, ancien avocat de Dominique Strauss Kan, ne cesse de clamer que ce n'est pas son client qui a inventé le « casting canapé à Hollywood ».

Air France victime de son égo


Á la sortie du Marriott Marquis de New York dans Broadway, l’équipage d’Air France s’apprête à prendre sa navette pour rejoindre l’aéroport.
Un Français, installé à New York de depuis longtemps, s’approche d’un groupe d’hôtesses et demande à l’une d’elles «  Vous êtes l’équipage d’Air France ? »
Celle-ci, fière et hautaine répond avec orgueil et dédain : «  Oui, bien sûr ! » L’homme rétorque : «  Je croyais qu’Air France avait disparu ! »
Cette hôtesse a une posture irresponsable alors que la société connaît depuis des lustres des difficultés financières abyssales qui pourraient faire disparaître la compagnie.
Ce fut le cas, en 1991, pour la PANAM (Pan American World Airways) qui pourtant a été une des plus prestigieuses et célèbres compagnies aériennes au monde.
Le mal d’Air France vient pour une grande partie de ses salariées et de certains de ses patrons de passage, comme Alexandre de Juniac, venant du cabinet du ministre de l'Économie de Bercy qui fut propulsé Président-directeur général d'Air France-KLM avant de se faire nommer directeur général de la prestigieuse Association internationale du transport aérien IATA, énarchie oblige.
Si les diplômes sont là, les capacités d’entrepreneur ne s’acquièrent pas de la même façon.
Il y a le problème des pilotes qui, aux yeux des Français, sont trop bien payés, et ne cessent de vouloir des augmentations de salaire, des avantages. Ils essaient de bloquer toute initiative de réorganisation qui permettrait de mettre la compagnie au niveau de la concurrence mondiale.
L’attitude de ces hauts salaires accroît les inégalités dans la hiérarchie de la compagnie.
L’égo des équipages est un spectacle pour ceux qui voyagent souvent. On parle des petits arrangements pour les sièges qui sont offerts ou les surclassements aux copains.
En première, des stewards affairés, à la recherche de passagers à potentiel, dont ils pourraient tirer profit, tel ce steward qui propose le vin d’une société qu’il a créée en parallèle, ou ces hôtesses qui défilent en toisant les passagers de business ou de première pour prouver une égalité qu’elles n’ont pas.
Depuis le début de l’année, les syndicats d’Air France ont déclenché une dizaine de jours de grève au coût journalier de 26 millions d’euros.
Qui peut croire que ces gens sont constructifs ?
Ils feraient mieux de se comparer aux autres compagnies dans lesquelles pilotes, hôtesses et stewards travaillent dur pour le bien commun.


Les génies font toujours peur



L’être humain est fait de telle manière qu’il ne peut s’empêcher de se comparer aux autres, même quand les différences sont évidentes.
Il est difficile pour chacun d’estimer son niveau, ses compétences, l’humilité a disparu depuis longtemps.
Certains ont une opinion sur tous les sujets et dans tous les domaines cependant le niveau général baisse, c’est la victoire des imbéciles. 
Même si nous sommes égaux en humanité nous ne le sommes pas dans la vie sociale.
Certains savent s’élever grâce à des études faites avec plus d’aptitudes.
D’autres sont performants dans les affaires et ont des visions plus éclairées leur permettant de réussir avec talent et brio comme par exemple Bernard Arnauld, Président de LVMH et bien d’autres entrepreneurs.
En politique la bataille est plus âpre, car tous les faits et gestes sont épiés et médiatisés en permanence.
On l’a bien vu avec Nicolas Sarkozy qui fut un des présidents de la République parmi les plus dynamiques et créatifs.
C’était un leader donc il faisait peur.
En effet, son talent évident dérangeait ses opposants, mais aussi une partie de la population, celle qui ne prend pas toujours le temps de réfléchir.
Il en est de même pour Poutine dont le parcours hors du commun glace toute personne qui souhaite dire « moi aussi » sauf qu’avec Poutine c’est impossible.
Même ses détracteurs ne peuvent que le classer comme supérieur, dans la catégorie des génies.
Il y a le phénomène Donald Trump, personnage surnaturel qui dépasse tout ce que nous avons vu dans l’histoire, d’où l’inconfort de certains.
Aucun Président n’a été aussi malmené par l’ensemble des médias.
Il est victime d’une observation de tous les instants, tous ses faits et gestes sont commentés négativement.
Il en est de même pour son entourage épié et montré du doigt. Cet homme, parti de presque rien est devenu un homme d’affaires très riche, reconnu mondialement.
En franchissant toutes les étapes avec succès, il est parvenu contre toute attente à se faire élire Président des États-Unis.
Ceci est extraordinaire, génial, sa personnalité hors normes dérange et fait peur : c'est le lot des génies. Chacun doit le reconnaître même si l’homme ou ses idées insupportent certains, l’histoire le reconnaitra.
Dès lors, tout est fait pour lui nuire.
En janvier dernier, la presse s'attaquait à la santé mentale du Président : « Donald Trump est-il fou? » titrait le journal 20 minutes. Puis le thème de la destitution du président des États-Unis fusait de toutes parts.
On pouvait lire à la une du journal la Presse de Montréal « Les appels à la destitution de Trump résonnent plus fort » .
La détestation est allée beaucoup plus loin. Le summum : Loto-Québec (institution gouvernementale du Québec) sur Mise-O-Jeu (un jeu de pari sportif de Loto-Québec.), proposa une nouvelle loterie « Donald Trump sera-t-il toujours président des États-Unis après le 1er mai 2018 ? ».
Cette lamentable idée a fait long feu, fort heureusement, le gouvernement a forcé Loto-Québec à retirer le pari sur Trump.
La différence fait peur et inquiète, pourtant les hommes d’exception sont utiles pour l’humanité comme le dit feu Antoine Léonard Thomas de l’Académie française : 
«Le génie découvre des espaces immenses où l'esprit des hommes vulgaires croit que tout finit».

Et si Johnny l'avait décidé ainsi...



Á peine notre Johnny national est-il parti, que ses ex-épouses montrent leur mécontentement. 
Leurs enfants, Laura et David, déjà secoués par la disparition d'un père, auraient mérité calme et sérénité.
Mais la succession ne peut attendre et voilà que l'on s'étonne que son épouse Laeticia Hallyday et leurs petites filles héritent du chef de famille comme si cela était extraordinaire.
L'émotion légitime gagne les enfants des premiers mariages. Laura, fille de Johnny et de Nathalie Baye, semble la plus émotive. 
Elle a l’air de raisonner sans connaître la totalité des dispositions. Pour David, c’est sa mère, Sylvie Vartan, qui s'agite et grogne le plus.
L'histoire est banale, Johnny était marié à une femme aimante et organisée qui a su le protéger d'un entourage parfois douteux.
Au fil du temps, Laeticia est devenue une femme d'affaires confirmée et elle a organisé le business de Johnny comme cela n'avait jamais été fait auparavant.
Laeticia Hallyday, souvent appelée la fée clochette de Johnny, est maintenant jetée en pâture au jugement public et les jalousies se déchaînent, les divorcées, les anciens salariés virés libèrent leur venin.
Le dernier testament a été réalisé depuis sa résidence américaine. 
Pour les Français, il est difficile de croire qu'il existe d'autres règlements que ceux que l'on connait dans l'Hexagone.
En Amérique du nord, le testament est libre et l’on peut désigner qui l’on veut. 
Les formes juridiques sont autres, comme le trust, couramment utilisé pour les plus fortunés. 
Cette forme juridique anglo-saxonne met à l’abri le patrimoine. 
Le bien de ceux qui l’on déposé n’est pas saisissable, tout cela est bien normal et banal dans le monde anglo-saxon.
Il semblerait que Johnny ait voulu protéger sa femme, ses deux petites filles adoptées alors que les deux ainés, largement adultes, ont pour mère des femmes célèbres et fortunées.
Si l’on en croit la presse, Laura, fille de Nathalie Baye et David fils de Sylvie Vartan auraient reçu, du vivant de Johnny, des valeurs mobilières et immobilières dont on ne connait pas l’ampleur.
De nombreux fans ne doutent pas que Johnny a agi, en conscience, en bon père de famille.
La presse ne parle que de la succession de Johnny Hallyday, combien de testaments a-t-il fait ? Est-ce du ressort de la France ou de la Californie ? Même Eddy Mitchell s’en mêle alors que l’actualité apporte toujours de nouvelles informations.
En fait les ex-femmes de Johnny s’acharnent sur Laeticia, sa dernière épouse, qui lui a permis d’avoir une famille et l’a accompagné jusqu’à la fin.
Tout cela va faire le bonheur des avocats, fiscalistes et notaires, les administrations fiscales français ou américain. 
Les tabloïds quant à eux feront leur choux gras avec cette actualité. 

L'Amérique du Nord s'enrichit.


Christine Lagarde, Directrice du Fonds Monétaire International (FMI) est confiante : ''nous avons revu à la hausse nos prévisions de croissance dans le monde’’. Pour 2018, le FMI table même sur une accélération de + 3,7 %.

Tout cela est logique car la Chine va mieux, son marché interne a enfin démarré, le Japon est sorti de l’ornière, l’Inde se développe dans son marché domestique, en fait les pays du BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) ont mangé leur pain noir.

Par contre, l’Europe est à la peine avec les élections allemandes et les migrants, l’Espagne avec la Catalogne et la France plombée par le terrorisme et son manque de sélection à l’immigration.

Emmanuel Macron s’emploie à devenir le leadeur de l’Europe. Davos a été un bon tremplin pour son ambition, mais au total, les chiffres de la Communauté européenne sont positifs.

Mais le nouvel Eldorado pour les industriels du monde entier est le continent africain qui croît et se développe bon train, qui l’eût cru.

Les USA sont au top.

La baisse des impôts de Donald Trump donne à l’Amérique un coup de fouet formidable.

La bourse flambe, c’est le plein emploi, le retour d’usines et d’industries au pays, même Apple n’a pas hésité à rapatrier ses activités canadiennes aux États-Unis malgré une énorme pénalité fiscale.

Le Canada est affecté par son voisin qui réorganise les échanges du bois d’œuvre ou du lait qui sont remisés sur une ligne plus droite.

L’ALENA est menacé, mais l’interdépendance des deux pays ne peut qu’aller vers l’équilibre.

Le Canada est un pays de matières premières. La croissance mondiale et celle du voisin américain favorisent l’économie du Canada d’autant que le Brent de Pétrole est à la hausse. 

N’oublions pas la qualité de vie et la quiétude face à la violence des détenteurs d’armes, trop nombreux aux États-Unis, qui causent toujours plus de morts.

Le manque de population au Canada et donc de main d’œuvre est un problème constant mais celui-ci s’aggrave avec le plein emploi ou l’exode vers les USA.

Déjà de grandes entreprises ont décidé d’augmenter les salaires des employés de base de 15% mais ne croyez pas que l’immigration va ouvrir les vannes à tous, le Canada est fier de son immigration sélective ici on n’est pas immigré mais reçu immigrant et l’on vous dit ‘’ Bienvenue ’’, quand vous êtes accepté.

La surchauffe de l’immobilier a conduit Vancouver à créer une taxe additionnelle de 15% pour les acheteurs étrangers, ensuite ce fut le tour de Toronto et à présent, on en parle à la mairie de Montréal mais les succès des USA viennent freiner les ventes immobilières qui se dirigent vers les États-Unis.

Qu’il n’en déplaise aux médias anti Trump, l’action de ce président a enrichi les détenteurs d’actions boursières nord-américaines, il suffit de voir les scores de Wall Street, le plein emploi, les augmentations de salaires, une immigration contrôlée, une industrie manufacturière restaurée.

Le principal pour l’Amérique du Nord est l’avènement de l’intelligence Artificielle (IA) que Facebook, Google, Amazon et bien d’autres développent.

Poutine a déclaré, lors d'un discours devant un parterre d'étudiants, que le développement de l'intelligence artificielle serait déterminant pour qu'une nation prenne la tête du globe.

A qui pensez-vous ?