La France ne s'honore pas de s'acharner contre Bernard Tapie


En France, Bernard Tapie est une institution. Parti de rien, devenu ministre de la République française, c’est un exemple dans les affaires.
C’est un patron qui a inspiré des générations d’entrepreneurs et l’exemple qu’il suscitait, a permit de créer des milliers d’emplois et d’innombrables entreprises.

Bernard Tapie est aux affaires ce que Johnny Halliday était à la chanson française.

Bon nombre de Français ne comprennent pas l’acharnement judiciaire dont fait l’objet Bernard Tapie. Même si l’on connaît l’histoire du Crédit Lyonnais, qui veut passer pour une victime, il n’en reste pas moins que cette banque a toujours réalisé de gros profits avec les compagnies de Bernard Tapie.

Dans cette affaire, on a vu Christine Lagarde traînée, excuser du peu, devant la Cour de justice de la République.
Alors qu’elle est exemplaire et reconnue mondialement comme la femme la plus brillante de France. Elle dirige avec brio le Fond monétaire international (FMI) depuis 2011.
Ministre des Finances de la France du 19 juin 2007 au 29 juin 2011, on lui a reproché d’avoir choisi un arbitrage au lieu d’une procédure incertaine pour les intérêts du pays.
Elle fut accusée et déclarée coupable de « négligence » devant la Cour de justice de la République alors que le dossier avait été « préparé » comme on le sait par son prédécesseur.

L’acharnement contre Bernard Tapie n’a pas profité à sa santé. Il est depuis quelques mois atteint d’un cancer de l’estomac et placé sous chimiothérapie.
On ne sait pas s’il pourra comparaître à son prochain procès. 
Tout cela a assez duré et commence à sérieusement troubler les Français. 

La France ne doit pas faire peur, elle ne doit pas décourager ses citoyens.

Bien entendu la justice doit passer, tout en se protégeant des intérêts financiers et des règlements de comptes politiques. Elle, doit être rendue de façon juste et humaine, dit-on.

Le Bitcoin est l'uberisation de l'argent



Ne parlez pas de Bitcoin à votre banquier ou autres financiers, ils vous diront que c’est une bulle, que sa valorisation est basée sur du vent, qu’il s’agit même de manipulation criminelle.

Pour la première fois de l’histoire, les institutions bancaires ne peuvent pas régenter la marche de cette « crypto-devise », comme les banques centrales l’ont nommée.

Le phénomène Bitcoin est irréversible.

Sa valeur sera amenée à fluctuer sûrement plus violemment qu’une devise traditionnelle.
Les banquiers les plus amers clament que cette devise n’a pas de fondement : « Le dollar canadien est basé sur l’économie du Canada », « l’euro sur l’économie des nations européennes », disent-ils.

Ils n’ont pas compris que les fondements du Bitcoin ou des nombreuses autres crypto- monnaies sont basées sur les utilisateurs qui ont besoin d’un service libre et sans contrainte.

Les clients qui préfèrent la liberté des échanges et qui ne peuvent ou ne veulent pas passer par les fourches caudines des banques et leurs multiples commissions en cascade, les spéculateurs-joueurs comme l’on en trouve en grand nombre en Asie ainsi que tout autre cas de figure.

Ils n’ont pas compris que le Bitcoin est l’Ubérisation de l’argent.

Déjà les financiers les plus malins commencent à créer des produits autour de crypto- monnaie comme la bourse des commodités de Chicago, des obligations verront le jour sur ces crypto-devises dans quelques mois.

Nous devons mémoriser les interventions médiatiques de ces ténors de la finance qui ne cessent de clamer que ce genre de monnaie n’a pas d’avenir :
Georges Ugeux. Président de Galileo Global Advisors, banque d'investissement basée à New York déclare : « le Bitcoin est une fraude ». Il voudrait en fait que cette devise n’échappe pas à l’établissement bancaire.

Le président de la banque JP Morgan Chase, James Dimon a déclaré lors d’une conférence sur la finance à New York. «C’est une escroquerie», une « fraude » et qu’il est « stupide »  d’y investir.

Mais dans le même temps le patron de JP Morgan reconnait que la blockchain (technologie derrière le Bitcoin) « était, elle, utile, mais que ses usages dans le quotidien allaient prendre du temps ».

Alors que déjà, certains, comme la Banque du Canada, étudient le phénomène, d’autres banques américaines s’y mettent pour rattraper le coup.

Le Bitcoin en tant que marque de commerce a une valeur grandissante, plus connue que le nom de nombreuses devises.

Mais ne vous y trompez pas, les institutions financières tenteront de se regrouper pour créer une crypto-devise comme elles ont su le faire dans le temps pour les cartes de crédit : Visa, Mastercard. etc.







Vers une hécatombe d'emplois


Il est curieux de constater que nos dirigeants ne préparent pas notre société au tsunami technologique que va entraîner à court terme l'Intelligence artificielle (IA). 

Le public va devoir faire face à une nouvelle vie, un grand nombre de métiers va disparaître dans les trois à cinq ans causant une hécatombe d'emplois. L'écart entre les gens doués et ceux qui le sont moins est en train de se creuser. 

L'intelligence est un tabou dans nos sociétés et pourtant elle est le levier de tous les pouvoirs. 
L’école va devoir éduquer nos enfants aux nouvelles technologies et réfléchir aux meilleures méthodes pour augmenter leurs capacités face à celles de l'IA, car seuls les gens innovants, très doués ou très intelligents et entreprenants trouveront du travail, à condition qu'ils soient complémentaires de l’IA. 

Le métier le plus touché sera : comptables, ils auront totalement disparu dans dix ans, car leur travail est très facile à numériser. 
Il existe déjà des applications avec lesquelles on scanne ses factures, frais et autres données. 
L’IA calcule la pertinence des résultats et sera capable, par exemple, d’indiquer que les frais d'assurance sont trop élevés de 30%. 

Les banques attendent que Google, Facebook ou Apple arrivent sur le marché, d'ailleurs Facebook a déjà une licence bancaire. 
On ne sait pas quand, mais ils vont déclencher un assaut qui détruira encore plus de postes d'employés de bureau, des banques traditionnelles ringardes, qui préfèrent mépriser les monnaies virtuelles qui pourtant, seront choisies par le consommateur car elles sont libres et sans frais bancaires. 

Le radiologue lui va se voir dépassé par l'IA qui dispose d’un stockage de données qui permet de faire un diagnostic infiniment plus précis et plus rapide en fonction de l'emmagasinage de millions de données. 

Les médecins seront moins nombreux, en effet, le Rockefeller Institut montrait qu'avec son IA il allait mille fois plus vite pour régler un problème d'analyse de tumeur de cerveau que les meilleurs généticiens du cancer de New York. 
Google a fait une étude qui montre qu’on peut faire un bilan cardiovasculaire complet à partir d'une photo du fond œil prise par son smart phone. 

L’école ne donne pas les bonnes armes aux enfants pour affronter l’Intelligence Artificielle, elle doit dès maintenant faire la sélection des matières moins utiles. Rappelons-nous, il fallait apprendre par cœur les tables de multiplication. 
Si la mémoire fait défaut les calculatrices sont partout autour de nous. 
L'orthographe et la conjugaison sont maintenant aidées par des applications de correction qui tendent de plus en plus vers la perfection. 
Concernant les langues, il faut savoir que les prochains Apple ou Androïd permettront de téléphoner en français à un chinois qui entendra la conversation en Mandarin ou en Cantonais, tout cela va arriver dans les deux trois ans. 

Les bus électriques en ville, circuleront sans chauffeur et les voitures de livraison tout comme l’Uber du moment et cela à l’horizon de 2030. Bien entendu, on voit les business qui vont disparaître, mais comme toujours on ne peut pas voir ceux qui vont surgir autour de l'IA comme l'explique lors de ses conférences, Laurent Alexandre, expert en intelligence artificielle, '' en 1890 on voyait bien la disparition des maréchaux-ferrant, des forgerons, des taillandiers mais on ne voyait pas qui il y aurait des fabricants de microprocesseurs, d'avions, de voitures, de médicaments, d’équipements pour transplantations cardiaques.'' 

Face à l’IA, les plus intelligents d'entre nous vont se mettre en mode de veille technologique pour saisir les business qui vont naître.

En Thaïlande Dieu est mort


La Thaïlande toute entière s’apprête à assister à la cérémonie de crémation du roi Bhumibol Adulyadej : dit « Rama IX ». Elle est fixée le 26 octobre 2017. Le peuple thaï fut très éprouvé il y a un an à l’annonce du décès de son roi adoré, élevé au rang d’un dieu.

Toutes les familles possèdent dans la maison ou la voiture un portrait du roi, sincèrement très aimé.

La population a pris immédiatement le deuil en s’habillant entièrement de noir pendant le premier mois et ceci durera jusqu’à la fin de la crémation.

Un an après, la majorité des gens est toujours en noir. Ceux qui ne connaissent pas le pays peuvent croire que ce deuil est organisé, comme on le voit dans certains pays communistes, mais en Thaïlande il n’en est rien.

Le chagrin est immense à tous les niveaux de la population, le roi Bhumibol s’est éteint après soixante-dix ans de règne, à l’âge de 88 ans, sa bonté n’a cessé de l’imposer dans le cœur des Thaïs.

Cela n’a pas empêché les politiques de s’écharper parfois violemment, laissant les coups d’état militaires se succéder pour s’installer aux commandes de l’état, comme cela est le cas aujourd’hui, avec le célèbre Général Prayut Chan-o-cha devenu Premier ministre, après plusieurs mois de crise politique.

Il a mené la répression militaire contre les chemises rouges. Prayut Chan-o-cha a déclaré la loi martiale le 20 mai 2014 dans le pays, deux jours plus tard, il a annoncé le coup d'État de mai 2014 contre le gouvernement en place. Soutenu par le roi de Thaïlande Rama IX, il a été élu Premier ministre par l'Assemblée nationale le 21 août 2014. Un référendum se déroula le 7 août 2016 et donna davantage de pouvoirs à Prayut Chan-o-cha.

Les militaires ont le même sentiment d’adoration pour le roi Bhumibol et ils ont organisé la cérémonie de crémation du 26 octobre 2017 avec sérieux et précaution.
Cette cérémonie est attendue par le peuple qui se presse jour et nuit au palais royal où le défunt est veillé, la file d’attente est de plusieurs heures. 

Le public n’hésite pas à faire des offrandes qui s’élèvent à fin août à près de vingt millions d’Euros.

Le fils unique du roi défunt a 64 ans. Il est devenu roi de Thaïlande depuis le 1er décembre 2016 sous le nom de Rama X, il fut préparé depuis l’âge de 20 ans à l’accès au trône de Thaïlande. Il sera consacré après la crémation.

Déjà le peuple s’inquiète sur la santé de la Reine mère, Sirikit, qui est âgée et a été plusieurs fois hospitalisée.

C’est dans ce contexte que le peuple se rassemblera pour prier au palais royal le 26 octobre 2017, dans une ferveur immense qui surprendra le monde entier le peuple thaï apparaîtra comme un peuple impeccable.